, de compétences, qui souffrent de la même ambivalence que la langue d'Esope, soient la meilleure ou la pire des choses

A. Bibliographie and J. , Reconnaissance et validation des acquis, 2004.

J. Aubret, Traité des sciences et des techniques de la formation, 2011.

J. Aubret, F. Aubret, and C. Damiani, Les bilans personnels et professionnels. Guide méthodologique, 1990.

B. Barthe and J. Hirn, Note de synthèse sur le rapport de l'expérimentation des centres de bilan personnel et professionnel. Paris, Délégation à la formation professionnelle, 1988.

S. Boursier, E. Paris, and D. Colardyn, Bilans de compétences personnelles et professionnelles. Approche historique des pratiques indispensables et diversifiées, 1989.

V. D. Gaulejac, « De la lutte des classes à la lutte des places, Groupe familial. N° 140, « Bilans de compétences. Les carrières du moi, 1993.

J. Guichard and M. Huteau, Psychologie de l'orientation. Paris, Dunod. LÉVY-LEBOYER, C. 1993. Le bilan de compétences, 2001.

B. Liétard, « Quelle qualification pour les accompagnateurs de bilans ? ». Actualité de la formation permanente, vol.132, 1994.

B. Liétard, Traité des sciences et des techniques de la formation, La validation des acquis de l'expérience, 2011.

V. Merle, « Les paradoxes de l'orientation professionnelle, vol.108, pp.23-32, 1991.

N. Meyer and G. Berger, La reconnaissance des acquis : étude à caractère documentaire, 1988.

U. Paris and . Paris,

S. Michel, Sens et contresens des bilans de compétences. Paris, Liaisons. PASQUIER, J. 1988. « L'expérimentation des CIBC ». Actualité de la formation permanente. N° 95. PERIER, J, 1990.

G. Pineau, B. Liétard, and M. Chaput, , 1989.

C. Roschitz, Le métier du tiers. Paris, Entente. ZARIFIAN, P. 1988. « L'émergence du modèle de la compétence, F. Stankiewicz (dir. publ.). Les stratégies d'entreprises face aux ressources humaines, 1992.